b6e2893af8054eb92398755a517e9ed9

Groupe Saint-Crépin
de la procession
du Car d'Or de Mons

Le groupe des cordonniers montois
banner-2

Groupe Saint-Crépin
de la procession
du Car d'Or de Mons

Le groupe des cordonniers montois
banner-3

Groupe Saint-Crépin
de la procession
du Car d'Or de Mons

Le groupe des cordonniers montois
banner-4

Groupe Saint-Crépin
de la procession
du Car d'Or de Mons

Le groupe des cordonniers montois

Annonce Ducasse 2020

TRINITE 2020

Ca fait qu’el Trinité est là, eié à Mons, nié d’ducasse !

C’est nié à ces vrée bon sang possibe ène parelle affaire… Aousqu’el monde s’in va d’abord !   

 A l’iau, ouais, pour sûr asteur m’gardin eié mi ston binaises. Sans rire, c’est du jamée vu, ène trinité sin ducasse. Passe incore pou les guerres mais pou les épidémies ! C’étoit tout l’contraire dins les temps passés d’avant. On sortoit l’ban eié l’arrière-ban dé toutes les estatues des églises eié des capelles, né pas. On les prouménoit in grantés pompes avé bramint d’pater, d’litanies, d’cansons…..

Eié l’pesse , l’choléra prenions dare-dare el pout’ d’escampette. Sinte Waudru, Saint Georch éié tout l’rominée d’vierchs eié d’saints l’aviont pou nous autes (infin pou les autes d’alors) edmandé au Bon Dieu éié net comme busquette l’jeu étoit réglé  presqu’ in chinq sept. Eié après, quand tous les microbes, virus et autes sales biètes aviont d’serté, on r’comminchoit les tours dés processions pour armarcier…

Mais tout maintenant, les processions, no procession, c’ n’est pus foc qu’du folklore, eié au Bon Dieu à à ses saints, qui c’qui leu d’mande co n’saquet ! Deux, trois grenoulles dé bénitier !                                                                                                                                                  

On va s’in souv’ni de t’année-ci. Nié d’ducasse, rié, nié d’fiete ! Infin, on n’peut nié, eié surtout nié insemble. Tu peux tout juste noyer t’chagrin tout seu (ou presque) .Ouais mais on est montois ou on l’est nié, fade diabe à cornes ! J’suis bé sûr qui d’a des ceusses et des ciennes, pleins d’fourmiches dins les gambes, l’tiète, les bouyaux eié l’cœur qui vont v’ni raviser si l’ Grand-Place tié toudis d’bout, si l’quévau sin Georch n’est nié dins ein coin à cacher no dragon… Qué jeu, hein, rié d’y penser, j’m’infelle eié j’me sins tout chose.                                                                                 

Même au d’but d’el semaine prochaine, que les cabarets peuvent-té rouvri portes et fernietes, je vas nié m’rabouler faire fiète à Mons.

Si faut raviser si y d’a nié iun qui soufelle dins m’visache ou dins m’foselette, j’n’ai d’jà pus soif.

Si y faut el mete chinquante eié tout l’clique dé sécurité, j’resse tranquie à m’ baraque. J’vas faire « l’apéro virtuel » avé les amisses choumaques qui l’veulent té bé.                                 

Ca n’sera nié l’binaiseté dé d’habitude tant pire, el prouchaine année on l’f’ra tant pus belle. Ouais fieu, les Montois n’périront nié co d’c’caup-ci éié mi non pus.  Eié d’main, j’levrais m’verre in busant à tous vous autes ! Avant ca, in bonne gernoullle, j’irai toquer à l’huche de Waudru, Crépin et les autres… :

« J’paierai ène messe si y faut, mais ein caup mais nié deux, si vos plait »!!